Une prière de pardon

En 1960, Ruby Bridges, alors âgée de 6 ans, a été la première enfant afro‑américaine à fréquenter une école primaire publique réservée aux enfants blancs dans le sud des États‑Unis. Pendant des mois, des membres du corps policier fédéral ont escorté Ruby devant une foule de parents furieux qui lui criaient des malédictions, des menaces et des insultes. Une fois en sécurité à l’intérieur, elle s’installait seule dans la classe avec Barbara Henry, la seule maîtresse disposée à lui enseigner alors que des parents empêchaient leurs enfants de fréquenter l’école avec Ruby. Un pédopsychologue de renom, Robert Coles, a rencontré Ruby pendant plusieurs mois pour l’aider à gérer sa peur et son stress. Or, la prière que Ruby faisait chaque jour en se rendant à l’école et en rentrant à la maison l’a impressionné : « Mon Dieu, je te demande de leur pardonner parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font » (voir LU 23.34). Les paroles de Jésus sur la croix étaient plus percutantes que la haine et les insultes qu’on lui crachait au visage. À l’heure la plus sombre de sa vie, notre Seigneur a manifesté la réponse radicale qu’il avait enseignée à ses disciples : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. […] Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux » (LU 6.27,28,36). Cet amour plus fort que la plus profonde des haines n’est possible que si nous le puisons en Jésus même. David - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire