Cacher nos blessures

Je m’adressais à une Église locale en me servant d’une histoire vraie nous incitant à présenter notre cœur brisé à Dieu et à recevoir la guérison qu’il désire nous procurer. Avant de terminer par une prière, le pasteur s’est mis debout dans l’allée centrale, a regardé les membres de son assemblée droit dans les yeux et a déclaré : « En tant que votre pasteur, j’ai le privilège de vous voir durant la semaine et d’entendre vos histoires crève‑cœur. Puis lors du culte du week-end, je souffre de vous voir dissimuler votre douleur. » J’ai souffert moi‑même pour les blessures cachées que Dieu est venu guérir. L’auteur de l’épître aux Hébreux décrit la Parole de Dieu comme étant vivante et active. Nombre de gens voient la Bible dans cette Parole, mais il s’agit de plus encore. Jésus est la Parole vivante de Dieu. Il évalue nos pensées et nos attitudes, et nous aime malgré elles. Jésus est mort pour nous donner accès à la présence de Dieu, en tout temps. Or, même si nous savons tous qu’il ne serait pas sage de tout raconter à tous, nous savons aussi que Dieu désire que son Église offre une famille au sein de laquelle nous vivions comme les disciples de Christ brisés et pardonnés que nous sommes en « [portant] les fardeaux les uns des autres » (GA 6.2). Que cachez‑vous aux autres aujourd’hui ? Et que cherchez‑vous à cacher aussi à Dieu ? Le Seigneur nous voit en la personne de Jésus. Et il tient à nous aimer malgré tout. Le lui permettrons‑nous ? Elisa - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire