Rien à voir avec les poissons

Souvent vue longeant la côte sud du Queensland, en Australie, Migaloo est la première baleine à bosse albinos documentée. Cette splendide créature, dont on estime la longueur à plus de 12 m, est d’une telle rareté que l’Australie a adopté une loi visant précisément à la protéger. La Bible nous parle d’un « grand poisson » si rare que Dieu l’a utilisé tout spécialement pour lui faire avaler un prophète fuyard (JON 2.1). Dieu a demandé à Jonas de transmettre un message de jugement à Ninive. Or, Jonas ne voulait rien savoir des Ninivites, qui avaient la réputation d’être cruels envers presque tout le monde, y compris les Hébreux. Il s’est donc enfui. Les choses ont mal tourné pour lui. Dans le grand poisson, Jonas s’est repenti. Il a fini par prêcher aux Ninivites, qui se sont repentis à leur tour (3.5‑10). Une formidable histoire, n’est‑ce pas ? Sauf qu’elle se termine mal. Jonas a déploré le fait que Ninive se soit repentie, en priant ainsi : « Ah ! Éternel, n’est‑ce pas ce que je disais […] Car je savais que tu es un Dieu compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté » (4.2). Après avoir échappé à une mort certaine, Jonas a laissé sa colère grandir jusqu’à ce que sa prière devienne même suicidaire (v. 3). L’histoire de Jonas ne concerne pas le poisson, mais la nature humaine et celle de Dieu : « Le Seigneur […] use de patience envers [nous], ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance » (2 P 3.9), ce qui nous inclut, vous et moi. Tim - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire