Disparue : la sagesse


Donner 1 euro en cliquant le bouton jaune. Dieu vous bénir!

Le petit Kenneth de deux ans avait disparu. Moins de trois minutes après que sa mère avait appelé les services d’urgence, un intervenant l’a retrouvé à une foire rurale à deux pâtés de maisons de là. Sa mère lui avait promis qu’il y irait avec son grand-père. Il avait toutefois conduit son tracteur jouet là-bas et l’avait garé près de son manège préféré. Une fois l’enfant rentré chez lui, son père a eu la sagesse de retirer la batterie de son jouet. Kenneth savait aller où il voulait, mais il lui manquait une qualité primordiale : la sagesse. Or, elle nous manque parfois aussi à nous adultes. Salomon, que son père David a sacré roi (1 R 2), a admis se sentir comme un enfant. Dieu lui est apparu en songe et lui a dit : « Demande ce que tu veux que je te donne » (3.5). Salomon lui a répondu : « [Et] moi je ne suis qu’un jeune homme, je n’ai point d’expérience. […] Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le bien et le mal ! » (V. 7-9.) Dieu a donné à Salomon « des connaissances multipliées comme le sable qui est au bord de la mer » (4.29). Où trouver la sagesse dont nous avons besoin ? Selon Salomon, le commencement de la sagesse est « la crainte » ou la vénération de Dieu (PR 9.10). Commençons donc par lui demander de nous enseigner à le connaître et de nous accorder une sagesse. Anne - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire