Si seulement on pouvait…


Donner 1 euro en cliquant le bouton jaune. Dieu vous bénir!

Le cèdre pleureur de l’Alaska ployait dans tous les sens sous les forts vents. Regie aimait cet arbre qui non seulement procurait à sa famille de l’ombre durant les chaudes journées d’été, mais aussi de l’intimité. Et voilà que la grande tempête le déracinait. Avec son fils de quinze ans, Regie a couru pour tenter de sauver l’arbre. À bout de bras, Regie et son fils ont cherché à l’empêcher de tomber en plantant un cadre de 40 kilos fermement contre lui, mais ils n’étaient pas assez forts.
Lorsque le roi David a crié à Dieu dans un autre genre de tempête, Dieu a été sa force (PS 28.8). Certains commentateurs soutiennent que David a écrit ce psaume durant une période où son monde s’écroulait. Son propre fils fomentait une rébellion contre lui et tentait d’usurper son trône (2 S 15). Il se sentait si vulnérable et si faible qu’il craignait que Dieu garde le silence et le laisse mourir (PS 28.1). Il a alors demandé à Dieu : « Écoute la voix de mes supplications, quand je crie à toi » (V. 2). Dieu lui a par conséquent donné la force d’aller de l’avant, même si sa relation avec son fils ne s’est jamais rétablie.
Nous désirons ardemment éviter que de mauvaises choses se produisent ! Si seulement nous le pouvions. Il reste que, dans notre faiblesse, Dieu promet que nous pourrons toujours compter sur lui pour être notre Rocher (V. 1). Lorsque la force viendra à nous manquer, notre Berger nous soutiendra toujours (V. 8,9). Anne - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire