Nous ne sommes pas Dieu

Dans Les fondements du christianisme, C. S. Lewis nous recommande de nous poser certaines questions pour voir si nous sommes orgueilleux : « Combien cela me déplaît-il quand des gens me snobent ou refusent de faire cas de moi […] ou sont condescendants envers moi ou fanfaronnent ? » (Traduction libre.) Lewis perçoit l’orgueil comme un vice et « le pire des maux », ainsi que la principale cause de misère humaine dans les foyers et les nations. Il en parle comme d’un « cancer spirituel », qui ronge la capacité même d’aimer, de vivre le contentement et d’user de sens commun.
L’orgueil est un problème qui perdure. Par le prophète Ézéchiel, Dieu a mis en garde le chef de la puissante ville côtière de Tyr contre son orgueil. Il lui a dit que celui-ci causerait sa perte : « Parce que tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu, voici, je ferai venir contre toi des étrangers » (ÉZ 28.6,7). Il apprendrait ainsi qu’il n’était pas un dieu, mais un simple mortel (V. 9). À l’opposé de l’orgueil, il y a l’humilité, que Lewis met au nombre des vertus que nous procure le fait de connaître Dieu. Lewis dit qu’au contact de Dieu, nous devenons « merveilleusement humbles », en cessant de nous leurrer quant à notre propre dignité, qui nous rendait antérieurement inquiets et malheureux.
Plus nous adorons Dieu, mieux nous le connaîtrons et nous nous montrerons humbles devant lui. Puissions-nous compter au nombre de ceux qui aiment et servent avec joie et humilité. Amy - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire