Tenir ferme

Harriet Tubman compte parmi les grandes héroïnes américaines du xixe siècle. En usant d’un courage remarquable, elle a conduit plus de trois cents esclaves vers la liberté après avoir elle-même échappé à ses maîtres en traversant jusqu’en territoire libre dans le nord des États-Unis. Non contente de jouir de sa propre liberté, elle est retournée dix-neuf fois en cachette dans des États esclavagistes pour conduire amis, proches et inconnus vers la liberté, guidant parfois même des gens à pied jusqu’au Canada.
Qu’est-ce qui a poussé Tubman à agir avec une telle bravoure ? Cette femme à la foi profonde a affirmé un jour : « J’ai toujours dit à Dieu que j’allais tenir ferme en lui et qu’il allait devoir y veiller. » Elle doit sa réussite surtout au fait de s’être appuyée sur Dieu pour la guider à sortir des gens de l’esclavage. Que signifie « tenir ferme » en Dieu ? Un certain verset de la prophétie d’Ésaïe peut nous aider à voir qu’en réalité, c’est lui qui nous garde fermes lorsque nous lui prenons la main : « Car je suis l’Éternel, ton Dieu, qui fortifie ta droite, qui te dit : Ne crains rien, je viens à ton secours » (ÉS 41.13). Harriet s’est cramponnée à Dieu et il l’a épaulée. Quelles épreuves traversez-vous actuellement ? Restez fermes en Dieu et il vous guidera par la main. « Ne crains rien », vous dit-il. Il vient à votre secours. Dave - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire