Mieux avec Dieu

Dans son équipe collégiale de volleyball, ma petite-fille a appris un principe gagnant. Lorsque le ballon vient dans sa direction, elle peut toujours placer ses coéquipières en meilleure posture – sans piquer de crise, sans blâmer personne et sans se trouver d’excuses.
Or, c’est ainsi que Daniel a réagi lorsque Nebucadnetsar, roi de Babylone, l’a emmené en captivité avec trois de ses amis hébreux. Même si on leur a imposé de porter de nouveaux noms et de suivre une « formation » de trois ans dans le palais de leur ennemi, Daniel a gardé son sang-froid et a refusé de se souiller devant Dieu en mangeant la nourriture riche et en buvant le vin du roi. Et après n’avoir consommé que des légumes et de l’eau pendant dix jours (DA 1.12), Daniel et ses amis « avaient meilleur visage et plus d’embonpoint que tous les jeunes gens qui mangeaient les mets du roi » (V. 15). Une autre fois, Nebucadnetsar a menacé de tuer Daniel et tous les autres sages du palais s’ils ne parvenaient pas à répéter et à interpréter le songe troublant qu’il avait eu. Ici encore, Daniel n’a pas cédé à la panique, sollicitant plutôt la miséricorde du « Dieu des cieux », qui lui a révélé la clé du mystère dans une vision (2.19). Daniel a alors déclaré qu’à Dieu « appartiennent la sagesse et la force » (V. 20). Tout au long de sa captivité, Daniel a cherché à honorer Dieu coûte que coûte. Puissions-nous suivre son exemple et améliorer les choses en nous en remettant à Dieu. Patricia Raybon - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire