JUSQU’À QUAND ?

Pendant neuf longues années, Saül a poursuivi David « comme on chasserait une perdrix dans les montagnes » (1 S 26.20). « Jusqu’à quand, Éternel ! m’oublieras-tu sans cesse ? […] Jusqu’à quand mon ennemi s’élèvera-t-il contre moi ? » (Ps 13.2,3.) Une affliction persistante a souvent aussi pour effet de nous contrarier. Nous désirons obtenir une délivrance soudaine, une solution miracle, mais certaines situations sont sans issue. On ne peut que les supporter. Par contre, nous pouvons nous plaindre à Dieu de nos ennuis. Nous avons un Père céleste qui désire que nous interagissions avec lui dans nos combats. Il comprend mieux ses enfants que personne d’autre ne le peut. En nous tournant vers Dieu pour lui soumettre nos griefs, nous reprenons nos esprits. Dans le cas de David, ses pensées l’ont ramené à la certitude de l’amour de Dieu : « Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut ; je chante à l’Éternel, car il m’a fait du bien » (v. 6). David a su chanter en dépit de ses épreuves et de ses souffrances persistantes, car il se savait aimé de Dieu, et c’est tout ce qui comptait. A. W. Thorold écrit : « Le plus haut sommet de la vie spirituelle ne consiste pas en une joie éclatante sous un soleil constant, mais plutôt en une confiance absolue dans l’amour de Dieu. » Malgré nos ennuis, l’amour de Dieu est digne de confiance. David - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire