RÊVES D’ENFANCE

Il y a plusieurs années, j’ai demandé à des élèves de l’avant-dernière année du primaire de faire la liste des questions qu’ils aimeraient poser à Jésus s’il leur apparaissait en personne la semaine suivante. J’ai également soumis la même demande à des groupes d’adultes. Or, les résultats obtenus différaient considérablement. Les questions des enfants allaient de charmantes à émouvantes : « Au ciel, est-ce qu’on va devoir rester assis à chanter en robe de chorale toute la journée ? Est-ce que mon chiot sera au ciel ? Est-ce que les baleines étaient dans l’arche ou non ? Comment va mon grand-père là-haut avec toi ? » Leurs questions étaient presque toutes dépourvues de doutes quant à l’existence du ciel et des interventions surnaturelles de Dieu. Les questions des adultes étaient d’un tout autre ordre : « Pourquoi de mauvaises choses arrivent-elles à de bonnes personnes ? Comment savoir si tu écoutes mes prières ? Pourquoi n’y a-t-il qu’un seul moyen d’aller au ciel ? Comment un Dieu aimant a-t-il pu laisser cette tragédie m’arriver ? » La plupart des enfants vivent leur vie sans les soucis et les chagrins qui accablent les adultes. Leur foi leur permet de faire confiance à Dieu plus volontiers. Nous, les adultes, laissons souvent les épreuves et les chagrins nous vaincre, alors que les enfants entretiennent une perception éternelle de la vie qui les amène à voir la grandeur de Dieu (Ps 8.2,3). Dieu est fiable, et il désire ardemment que nous lui fassions confiance comme les enfants le font (Mt 18.3). Anne - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire