LE RÉVÉLATEUR DU COEUR

Un enquêteur privé, aux États-Unis, avait pour habitude de frapper aux portes, de montrer son insigne et de déclarer : « J’imagine que vous n’avez pas besoin qu’on vous dise pourquoi je suis là. » Il n’est pas rare que la personne qui lui ouvrait, déconcertée, lui demande : « Comment avez-vous su ? » avant d’avouer avoir commis, longtemps auparavant, un acte criminel jamais revendiqué. Dans la revue Smithsonian , Ron Rosenbaum décrit cette réaction comme « l’expression de la force primale de la conscience, le monologue intérieur de la lampe témoin du cœur ». Nous savons tous des choses sur nous-mêmes que personne d’autre ne sait – échecs, fautes, péchés – et qui, même si nous les avons confessées à Dieu et qu’il nous les a pardonnées, risquent de revenir nous accuser encore et toujours. Jean, un des intimes de Jésus, a écrit au sujet de l’amour de Dieu pour nous et de l’appel à suivre ses commandements : « Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos cœurs devant lui ; car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses » (1 Jn 3.19,20). Notre confiance en Dieu tient à l’amour et au pardon qu’il nous accorde par l’intermédiaire de Christ, et non à notre réussite dans la vie. « [Nous] connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné » (v. 24). Dieu, qui sait tout de nous, est plus grand que notre autocondamnation. David - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire