CELA EN VAUT LA PEINE

« Je n’y arrive pas », lança un Robert désespéré, en jetant son crayon. « C’est trop difficile ! » La lecture, l’écriture et l’épellation semblaient impossibles à notre jeune dyslexique de 9 ans. Puis on a fini par nous offrir une solution, mais difficile à mettre en pratique. Nous devions faire des exercices de lecture et d’épellation avec lui chaque soir pendant vingt minutes, sans exception. Nous n’en avions parfois aucun désir, et il nous est arrivé à l’occasion de désespérer de voir des progrès se réaliser. Par contre, comme nous étions déterminés à faire correspondre l’âge de lecture de Robert à son âge chronologique, nous y avons travaillé d’arrache-pied. Au terme de deux années et demie, toutes les larmes et tous les combats nous ont semblé en valoir infiniment la peine. Robert a appris à lire et à épeler. Ce faisant, nous avons tous appris la patience et la persévérance. L’apôtre Paul a subi toutes sortes d’épreuves en poursuivant son objectif de communiquer la bonne nouvelle de Jésus à ceux qui ne l’avaient jamais entendue. Persécuté, battu, emprisonné et mal compris, il a même parfois fait face à la mort (2 Co 11.25). Reste que la joie de voir des gens répondre favorablement à son message a fait en sorte que tout en a valu la peine. Si vous avez l’impression que la tâche à laquelle Dieu vous a appelé est trop difficile, rappelez-vous que les leçons spirituelles et la joie que comporte le voyage peuvent vous sembler cachées au début, mais elles s’y trouvent néanmoins ! Dieu vous aidera à les découvrir. Marion - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire