UN CONTEUR


Durant les années qui ont suivi la guerre de Sécession (1861-1865), Lew Wallace, alors major général de l’Union, était gouverneur des territoires du Nouveau-Mexique, un État que les Américains n’avaient pas encore admis dans la Confédération. Le travail qu’il a accompli à cette époque l’a amené à côtoyer de nombreux personnages de l’histoire presque mythique du Far West, y compris Billy the Kid et le sheriff Pat Garrett. C’est là que Wallace a écrit ce que certains ont appelé « le livre chrétien le plus influent » du XIXe siècle : Ben-Hur : A Tale of the Christ (Ben-Hur : un récit du Christ). Devant toute la violence de la guerre de Sécession et du Far West, Wallace a été témoin de la pire des incidences que le péché a eues sur l’humanité. Dans la vie et dans son roman à succès, Wallace a démontré qu’il comprenait que seule l’histoire de Jésus-Christ a le pouvoir de rédemption et de réconciliation. Pour nous qui sommes disciples de Christ, le point culminant de notre vie correspond au moment où Dieu « nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés » (Col 1.13,14). Nous avons donc maintenant le privilège de raconter la merveilleuse histoire de la rédemption divine. Randy - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire