Préparer trois repas par jour, semaine après semaine, peut s’avérer fastidieux. Je me lasse de peler, de couper, de trancher, de mélanger et puis d’attendre que le tout cuise, grille ou bouille. Par contre, le manger n’est jamais une corvée ! Nous en tirons réellement beaucoup de plaisir, même si nous le faisons jour après jour. Paul a employé l’illustration de l’ensemencement et de la moisson parce qu’il savait que faire le bien peut être lassant (Ga 6.7‑10). Il a écrit : « Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas » (v. 9). Il est difficile d’aimer nos ennemis, de discipliner nos enfants et de prier sans cesse. Reste que de récolter le bien que nous avons semé n’a rien de fastidieux ! Quelle joie que de voir enfin l’amour triompher des épreuves, des enfants suivre les voies de Christ ou des prières être exaucées ! Bien que le processus culinaire puisse exiger plusieurs heures, ma famille finit généralement son repas en tout au plus vingt minutes. Par contre, la moisson dont Paul parle sera éternelle. Tandis que nous en avons l’occasion, faisons le bien et attendons d’en récolter les bénédictions au moment que Dieu jugera opportun. Ne vous relâchez pas aujourd’hui en cherchant à suivre les voies de Dieu. Rappelez‑vous que votre joie est assurée de transcender votre vie ici‑bas. Keila - Pain Quotidien