Fanny Kemble était une actrice anglaise qui a déménagé en Amérique au début des années 1800 et qui a épousé un propriétaire de plantation du Sud nommé Pierce Butler. Fanny a mené la belle vie dans cette riche plantation jusqu’à ce qu’elle découvre le prix de tout ce luxe, un prix que devaient payer les esclaves qui travaillaient dans la plantation de son mari. Après qu’elle a écrit un mémoire au sujet des traitements cruels que les esclaves subissaient souvent, son mari a fini par divorcer d’avec elle. Ses écrits ont grandement circulé parmi les abolitionnistes et ont été publiés en 1863 sous le titre Journal of a Residence on a Georgian Plantation in 1838‑1839 (Journal d’une résidence dans une plantation de la Géorgie en 1838‑1839). Son opposition à l’esclavage a valu à cette ancienne femme d’esclavagiste d’être surnommée « l’abolitionniste improbable ». Au sein du corps de Christ, Dieu nous étonne et nous émerveille souvent. Il n’est pas rare qu’il ait recours à des gens et à des situations improbables pour accomplir ses desseins. Paul a écrit : « Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise » (1 Co 1.27,28). Cela nous rappelle que Dieu, dans sa grâce, peut utiliser n’importe qui. Si nous permettons à son oeuvre de s’accomplir en nous, il se pourrait que nous nous étonnions de l’oeuvre qu’il parviendra à faire par nous ! Bill - Pain Quotidien