Un bonheur durable

On entend souvent dire que le bonheur découle du fait de faire les choses à sa manière. Cela est toutefois faux. Cette philosophie ne conduit qu’au vide, à l’angoisse et à la souffrance. Le poète W. H. Auden a observé des gens qui tentaient de fuir dans les plaisirs. Voici ce qu’il a dit d’eux : « Perdus dans une forêt hantée, ces enfants craignant la nuit n’ont jamais revêtu ni bonheur ni bonté. » Le psalmiste David chante le remède à nos craintes et à notre malheur : « J’ai cherché l’Éternel, et il m’a répondu ; il m’a délivré de toutes mes frayeurs » (PS 34.5). Le bonheur consiste à faire les choses selon Dieu, un fait pouvant se vérifier chaque jour. David a aussi écrit : « Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie » (V. 6). Il vous suffit de tenter le coup pour le constater. C’est d’ailleurs ce qu’il veut dire en affirmant : « Sentez et voyez combien l’Éternel est bon ! » (V. 9.) On dit : « Voir, c’est croire. Prouve-le-moi, et je le croirai. » Voilà comment on croit savoir les choses dans notre monde. Or, Dieu prône l’inverse. Croire, c’est voir. « Sentez et vous verrez alors. » Prenez le Seigneur au mot. Faites la chose qu’il attend de vous et vous verrez alors. Il vous accordera la grâce de faire la bonne chose et plus encore : Il se donnera lui-même – la seule source de bonté – à vous, et avec elle viendra un bonheur durable. Roper - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire