Choisir l’espoir


Donner 1 euro en cliquant le bouton jaune. Dieu vous bénir!

Je fais partie des millions de personnes qui souffrent du TAS (trouble affectif saisonnier), un genre de dépression courante là où la lumière naturelle est insuffisante à cause des courtes journées d’hiver. Lorsque je me mets à craindre que l’hiver ne se termine jamais, je suis impatiente de voir la moindre preuve de ce que les jours rallongent et se réchauffent. Les premiers signes du printemps – les fleurs qui percent la neige restante – constituent aussi un rappel puissant de la façon dont l’espoir de Dieu peut percer même nos saisons les plus sombres. Le prophète Michée l’a confessé malgré un « hiver » accablant, lorsque les Israélites ont tourné le dos à Dieu. En évaluant la terrible situation, Michée avait l’impression qu’il « n’y [avait] plus de justes parmi les hommes » (MI 7.2). Même si la situation semblait désespérée, le prophète a toutefois refusé de perdre espoir. Il a continué de croire que Dieu était à l’œuvre (V. 7) – bien qu’au cœur de la tourmente il ne pouvait en voir la preuve.
Dans nos “hivers” interminables, lorsque le printemps ne se pointe pas à l’horizon, nous affrontons le même combat que Michée. Baisserons-nous les bras ou « [regarderons-nous] vers l’Éternel » (V. 7) ? Notre espoir en Dieu n’est jamais vain (RO 5.5). Le temps vient où il n’y aura plus d’« hiver », ni deuil ni douleur (AP 21.4). Jusque-là, puissions-nous nous appuyer sur lui et lui confesser : « En toi est mon espérance » (PS 39.8). Lisa - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire