L’émerveillement de Noël

J’étais à Londres un soir pour une réunion. Il pleuvait des cordes et j’étais en retard. Conduisant à vive allure, j’ai tourné dans une rue et me suis immobilisé. Des dizaines d’anges planaient au-dessus de Regent Street, leurs ailes géantes scintillant de leurs milliers de lumières clignotantes. C’était la scène de Noël la plus merveilleuse que j’avais jamais vue. D’ailleurs, je n’étais pas le seul à être captivé. Des centaines de gens longeaient la rue, les yeux levés et brillants d’admiration.
L’émerveillement réside au cœur même de l’histoire de Noël. Lorsque l’ange est apparu à Marie pour lui annoncer qu’elle concevrait miraculeusement (LUC 1.26-38) et que les bergers ont annoncé la naissance de Jésus (2.8-20), chacun a réagi avec crainte, admiration – et émerveillement. En regardant cette foule amassée le long de la Regent Street, je me suis demandé si nous vivions en partie ce à quoi ressemblaient ces premières rencontres avec des anges. Un moment plus tard, j’ai remarqué que certains anges avaient les bras et les yeux levés vers le ciel. Comme la chorale céleste qui s’est mise à louer Dieu à la mention de Jésus (V. 13,14), il semble que les anges puissent le contempler eux aussi avec émerveillement. « Le Fils est le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne » (HÉ 1.3). Éclatant et lumineux, Jésus est celui vers qui le regard de tous les anges se tourne (V. 6). Si une scène de Noël au thème angélique peut stopper net des Londoniens occupés, imaginez le moment où nous verrons Jésus face à face ! Sheridan - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire