J’ai volé ton nez

« Pourquoi le nez des statues est cassé ? » Voilà la question qu’Edward Bleiberg, curateur des arts égyptiens du Brooklyn Museum, se fait le plus poser.
Bleiberg ne peut l’attribuer à l’usure normale ; il manque le nez même à des personnages peints en deux dimensions. Il présume que cette destruction doit avoir été délibérée. Les ennemis de l’Égypte cherchaient à tuer ses dieux. C’est comme s’ils jouaient au jeu « J’ai volé ton nez ». Les envahisseurs cassaient le nez de ces idoles pour les empêcher de respirer.
Vraiment ? Cela suffisait ? Avec de tels dieux, Pharaon aurait dû savoir qu’il était dans le pétrin. Oui, il avait une grande armée et l’allégeance de toute une nation, alors que les Hébreux n’étaient que des esclaves fatigués ayant à leur tête un fugitif timide du nom de Moïse. Israël avait toutefois le Dieu vivant dans son camp, et les dieux de Pharaon étaient des imposteurs. Dix fléaux plus tard, leur vie imaginaire a disparu.
Les Israélites ont célébré leur victoire par la fête des pains sans levain, où ils ont mangé de ce pain pendant une semaine (EX 12.17 ; 13.7-9). Le levain symbolise le péché, et Dieu voulait que son peuple se rappelle que leurs vies réchappées lui appartenaient en entier.
Notre Père dit aux idoles : « J’ai volé ton nez » et à ses enfants : « J’ai racheté ta vie. » Servez le Dieu qui vous donne le souffle et reposez-vous dans ses tendres bras. Mike - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire