Plus doux que le miel

Le jour de la fête de Chicago en octobre 1893, les propriétaires des théâtres de la ville ont fermé leurs portes parce qu’ils se disaient que tout le monde irait à l’Exposition universelle. Plus de sept cent mille personnes s’y sont rendues, mais Dwight Moody (1837-1899) souhaitait remplir une salle de concert située à l’autre bout de Chicago de gens venant écouter prédications et enseignements bibliques. Son ami R. A. Torrey (1856-1928) doutait que Moody réussisse à y attirer une foule le même jour que l’exposition, mais celui-ci y est parvenu par la grâce de Dieu. Selon Torrey, il y a eu foule parce que Moody savait que « le seul livre que notre vieux monde a le plus soif de connaître, c’est la Bible ». Torrey désirait ardemment que d’autres en viennent à aimer la Bible autant que Moody, en la lisant souvent avec consécration et passion.
Par son Esprit, Dieu a ramené des gens à lui vers la fin du xixe siècle à Chicago, et il continue de nous parler aujourd’hui. Avec le psalmiste qui aimait Dieu et sa Parole, nous pouvons nous exclamer : « Que tes paroles sont douces à mon palais, plus que le miel à ma bouche ! » (PS 119.103.) Les messages de Dieu empreints de grâce et de vérité servaient au psalmiste de lampe à ses pieds et de lumière sur son sentier (V. 105). Comment pouvez-vous aimer mieux grâce au Sauveur et à son message ? Immergeons-nous dans la Bible, et Dieu fera croître notre consécration envers lui et nous guidera, en éclairant notre sentier. Amy - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire