Faire entrer

Assise à mes côtés, ma vieille chienne regarde dans le vide. Je me demande à quoi elle peut bien penser. Une chose à laquelle elle ne réfléchit pas, c’est à la mort, car elle n’en a aucune compréhension. Les chiens ne pensent pas à l’avenir, mais nous, si.
Quels que soient notre âge, notre état de santé et notre situation financière, il nous arrive à tous de penser à la mort. Cela tient au fait que, contrairement aux animaux, nous avons « l’intelligence », selon le Psaume 49.21. Nous savons que nous mourrons et que nous n’y pouvons rien. « Ils ne peuvent se racheter l’un l’autre ni donner à Dieu le prix du rachat » (V. 8) Personne n’a assez d’argent pour racheter sa vie.
Il existe toutefois un moyen d’échapper à la finalité de la mort : « Mais Dieu sauvera mon âme du séjour des morts, car il me prendra sous sa protection » (V. 16 ; littéralement « Il me fera entrer »). Robert Frost a dit : « Chez nous, c’est là où, quand nous devons y aller, on doit nous faire entrer. » Dieu nous a rachetés de la mort par son Fils, « qui s’est donné lui-même en rançon pour tous » (1 TI 2.6). Ainsi, Jésus nous a promis que, notre heure venue, il nous accueillera et nous fera entrer (JN 14.3). Lorsque mon heure sera venue, Jésus, qui a payé à Dieu la rançon de ma vie, m’accueillera à bras ouverts dans la maison de son Père. David Hoper - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire